Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Imagin-air
  • : Le blog d'un passionné d'aviation : récits de sa formation et de ses vols.
  • Contact

Jeunes Ailes


Membre du forum
1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 16:53

Ce fut un week-end géniaaaaaal !!! Jean, un éminent Jeune Aile Breton, nous a organisé un superbe week-end chez lui, à forte consonance aéronautique bien sûr (et agrémenté d'un zest de bière aussi) ! Il faut dire que notre Jean n'a pas lésiné sur les activités, il avait prévu de :

  • visiter les hangars d'Aéro Passion à Morlaix où l'on peut trouver (entre autres) le seul Maurane Saulnier MS760 Paris en état de vol,
  • d'aller poser nos roues sur Ouessant et de visiter l'île,
  • de nous préparer une sympathique soirée barbec' chez lui,
  • d'aller enfin faire un petit saut au meeting aérien de Guiscriff le lendemain.
Tout un programme !

Les Rhône-Alpins ont répondu nombreux à ces "Bretonneries" : pobjwaf00 (Michael) et pobjwaf03 (Ludovic), deux Jeunes Ailes de l'aérodrôme de St Rambert dans la Drôme ont eu le courage de monter en voiture jusqu'en terres Bretonnes, alors qu'Olivier et moi avons préféré venir avec nos propres ailes (en Tecnam P2002JF, un avion économique et qui avance... vite) ! Nous n'avons pas été les seuls d'ailleurs à venir par les airs, car Pierre a pu récupérer le superbe Cessna 177 RG Cardinal (pas variable et train rentrant) de ses parents pour venir depuis Rouen avec Kévin.

Mon copi du week-end a commencé à poster un récit de cet agréable voyage, je vous le livre ici (avec quelques précisions de ma part en bleu en guise de commentaires et/ou précisions).



Le duo du week-end : Olivier et votre serviteur.


----------------------------------

[Début du récit d'Olivier]

Samedi :

Debout à 5h30 (4h45 pour moi). Arrivée à Bron à 6h. Bilan MTO mitigé (du brouillard et des plafonds bas mais pas d'orages le matin) mais la décision de partir est prise (avec moi aux commandes pour cette première branche). On ne sait pas si on arrivera jusqu'à Brest. En fait on sait que nous avons 3h d'essence sûr et certain (+30min). On avance donc et chaque fois qu'on passe au dessus d'un terrain posable, on calcule l'autonomie restante et on la divise par deux (il faut préciser que les 2 jauges à essence de notre Tecnam donnent régulièrement des indications complètement délirantes, donc la montre sera notre seul juge d'autonomie). Si au bout de ce temps on n'a aucun terrain posable en vue, on fait demi-tour. Finalement, malgré quelques grains vers Bourges on arrive sur Amboise après 10 min de cache nuage.

Il est 6h45 du matin, il y a encore un peu de brume dans les vallées.


En dessous, ça devient plus sérieux.


Quelques châteaux sur notre parcours.


Il ne reste plus que 8 min avant notre étape à Amboise...


... mais les toutes dernières minutes deviennent très difficiles : il faut contourner le moindre nuage et nous sommes à peine à 700ft ASFC.


Sur place, on refuel et on appelle le Jeannot (il est alors 8h45 du matin). Tout le monde est encore chez Jean et en plus je ne sais pas ce que Jean a merdé, mais bon, il faut qu'il fasse un vol avec je sais plus qui à cause de je sais plus quoi etc etc ... Enfin c'est du Jean ça. Nous on lui demande la MTO sur la suite, qui n'a pas l'air trop mauvaise et la tendance est à l'amélioration. On demande donc à Jean de nous rappeler une fois au club car il nous reste 2 hdv jusqu’à Brest. Pour tuer le temps on va voir les avions sur la plateforme (toujours d'Amboise, avec pas mal d'allemands) et on gonfle le pneu gauche de notre avion (que l’on trouve un peu raplapla). Finalement ça se lève sur Brest et Jean va pouvoir partir une fois que le gars qu'il attend arrive.

Un Stampe sur le terrain d'Amboise.


Puisque c'est écrit dessus !


On vérifie sur le livre d'or d'Amboise s'il n'y a pas un St Exupéry ou un Mermoz qui ne s'y ait pas posé ;-)


Pneu à plat ? Un coup de gonflette et ça repart !


On repart donc en vol sur Morlaix. Je décide de passer par St Brieuc, histoire de faire un peu de transit côtier. Finalement, 2h12 plus tard, on est sur Morlaix. Seul problème pas de Jeannot en vue. J'appelle : ils (Jean + Pierre + Kevin + les pobjwafs + Julien) sont en l'air donc ça va. Après encore 20min d'attente voilà un DR400 et un C177 donc c'est bon. Vu qu'il était prévu de pique niquer sur place, je pensais que le Jeannot aurait tout prévu. Et bien que dalle. A peine arrivé, il sort un sac poubelle noir avec un sauc’ et du jambon et part à la recherche de pain. Pendant tout ça nous autres (on est alors 7) attendons. Sans avoir trouvé de pain Jean revient (faut être naïf pour penser trouver du pain sur un terrain mais bon). On va voir le MS760 Paris dans un hangar. En fait le mec qui devait nous le présenter est en réunion et ne pourra pas venir avant 18h (on voit aussi d’autres beaux avions comme un Chipmunk, un MS760 Paris, un Caudron C600 Aiglon, et un magnifique Stampe SV-4 que nous avons vu partir en vol). A 15h le bar du terrain ouvre, on prend donc une collation (sans alcool pour tout le monde, aussi bizarre que cela puisse paraître).

Les AlphaJet de l'aéroport de Tours. "Tours tour bonjour, c'est pour un transit"


Encore un joli château. Nous aurions pu faire les châteaux de la Loire, mais nous étions un peu justes en temps et en essence : ce sera pour une prochaine fois.


Le doigt sur la carte, toujours.


L'océan est en vue... sur le GPS ;-) !


Mais cette fois, l'océan est véritablement en vue.


Un pt'it transit côtier, pour se faire plaisir (pas prévu initialement)


Y'a pas à dire, le transit côtier c'est top !


St Brieuc au fond ?


Petits ports.


 


 


Arrivée à Morlaix.




Morlaix est un centre d'entretien de Brit'air.




Les avions Jeunes Ailes : Tecnam P2002, Robin DR400 et Cessna 177 Cardinal.


Caudron.


Chipmunk.


Seul Maurane Saulnier MS Paris volant en France !


Toujours le MS760.


Un autre Stampe. Lequel de ces 2 avions préférez-vous ?




Ensuite on prend la direction de Ouessant. Il y a une couche soudée au dessus de Morlaix mais bien qu'assez haute le transit côtier serait mieux avec du soleil. Je prends le Jeannot dans mon coucou (vive l'équipage de boulets) et on y va (moi je pars en DR400 avec Julien). Démarrage difficile du Tecnam mais ça part quand même (tu t’y prends comme un boulet Oliv’, avec moi le Tecnam a tourné comme un coucou Suisse ;-)). Une fois en l'air direction la côte qu'on va suivre jusqu'aux petites îles qui nous mèneront à Ouessant (on n'a pas de gilet à bord donc pas moyen de couper le gâteau). C'est les 42 meilleures minutes de vol du WE (ah ben merci, c’est sympa pour moi !) ! C'est vraiment magnifique sous le soleil (le plafond avait disparu). Vous verrez bien avec les photos. Après une verticale de la maison de Jean on monte 3000ft et direction d’Ouessant.

En route pour Ouessant.


Le superbe C177 Cardinal en action.


Patrouille avec le F-ZH (vu depuis le C177).




"Allo Houston, ici la Lune".


Non, ce n'est pas le Fort Boyard !


Pour aller à Ouessant, il faut survoler un chapelet d'îles (ce qui ne nécessite ni plan de vol, ni gilet de sauvetage)..



Je contacte l'agent afis et je m'intègre (du mauvais côté de la piste, tu as oublié de préciser ;-) ). Il me demande avec qui j'étais en contact avant : je lui réponds personne vu que j'ai bien fait attention d'éviter toutes les zones et il me dit qu'ici ils aiment pas trop les gens qui volent en freelance ! Donc pour les suivants, même si vous restez en dehors des zones, il faut contacter Iroise. On se pose sur Ouessant et on fait un petit tour à pied sur l'île. Ensuite on repart direction Brest. Moi je prends le C177 de Pierre (et moi je pilote le Tecnam avec Ludo comme copi). Petit vol de 15 min et on est à Brest.

Arrivée sur Ouessant.


Notre joli F-HCGL à Ouessant.


La claaaaaaaasse (et l'intérieur est aussi joli que l'extérieur !).


C'est écrit dessus !


Paysage Breton. Dans la région, une telle croix s'appelle un "Calvaire". 


Promenade sur Ouessant. Dommage, nous n'avons pas loué de vélos.


Sur le "port" de Ouessant.


Tout au loin, le continent.


Là ça recommence à être drôle. Une fois tout le monde posé, avec Aurélien (moi) nous lavons notre avion. On devient un peu l'attraction du coin. Car deux jeunes lyonnais qui lavent un avion que la plupart des locaux ne connaissent pas, ce n'est pas très discret. Nous aurons même le droit aux félicitations du chef pi de coin pour prendre soin de notre avion. Après 45min de discussion sur la machine, on nous propose de la faire dormir dans le hangar, ce qu'évidemment nous acceptons. Pendant ce temps, les pobjwaf sont partis en (Citroën) AX "powered by Lycoming" faire les courses avec la CB (la Carte Bancaire) de Jean. Une fois l'avion au chaud, nous partons dans la (Renault 21) Nevada break de Jean. Attention il s'agit d’un bateau motorisé par un diesel poussif (j’aime bien la comparaison). On croise les pobjwaf juste au départ ce qui nous permettra de faire un peu de patrouille sur la route. Nous voilà à destination, chez Jean, jolie maison avec un beau terrain et vue sur la mer. Il y a quand même un souci : le sous-sol est rempli d'algues, qui ne manquent pas de répendre une odeur pas top dans le reste de la maison. Enfin bon il parait que c'est un droit ancestral et que tout sera bientôt parti.

A Brest, nous passons pour de vraies stars avec notre Tecnam !


Patrouille... automobile avec les pobjwafs.


Chez Jean.


L'apéro peut commencer. On allume aussi le barbec pour plus tard. L'apéro donne lieu à un sacré paquet de conneries. Dans le désordre : donner du punch aux poules (on parle bien du gallinacé...) de Jean, revenir avec le masque et les bouteilles de plongée alors qu'on devait aller chercher des côtelettes, revenir en milicien avec un fusil de chasse, toujours alors qu'on devait aller chercher des côtelettes, lancer de brochettes par la fenêtre de la cuisine, plus les conneries orales standards. On en profite aussi pour fumer des cigares (pas moi) que Pierre et Jean sont allés acheter. Ensuite, repas et discussion et conneries du Jeannot (entre sa bougie en forme de chope de bière et sa lampe de bureau au bout d'une rallonge de 50m). Vers minuit, certains commencent à être fatigués (comme moi), Jean leur montre donc la direction de leur chambre. Nous ne sommes finalement plus que trois : Kévinou, Jean et moi. On décide d'aller faire un bain de minuit. L'eau est glaciale, on en fera donc que quelques aller retours rapide dedans. Ensuite un petit cigare, douche rapide et au lit.

Ballade dans le bateau de Jean pour ceux qui sont arrivés vendredi (Kevin, Pierre et les pobjwafs).


Déconnade.


Poules au Punch.


Très belle vue depuis la maison de Jean.


Barbec'


Un petit cigare ?


[Fin du récit d'Olivier]

----------------------------------

Dimanche

J’ai passé une très bonne nuit ! Ce n’était pas bien difficile, vu le peu d’heures de sommeil que j’avais effectué la veille. Tout le monde se réveilla également petit à petit, vers 10h. Le petit déjeuner est englouti toujours dans une ambiance de bons camarades  (Nutella + café + petits pains au lait) puis s’en suit une petite douche. A cette heure, il est vraiment trop tard pour aller au meeting de Guiscriff, car l’équipage Lyonnais que nous étions Olivier et moi devions partir au plus tard à 15h pour ne pas rentrer trop tard dans la capitale des Gaules. On décide alors de préparer la nav retour, en étudiant surtout les terrains sur lesquels nous pourrions compter pour refueller (pas facile un dimanche !). Pour la météo, c’est au sous-sol de chez Jean que ça se passe, là où l’ordinateur est installé (ce sous-sol même où des dizaines de sacs d’algues sont accumulés, ce qui sentait fort, mais pas ce n’était pas tellement désagréable). Il est bientôt 11h30 et nous mangeons simplement (pâtes et jambon) encore une fois à l’extérieur pour profiter du superbe ciel qui sera notre support pour le retour.

Dimanche midi.


Toute l'équipe du week-end Breton. De gauche à droite : Olivier, Kevin, Ludovic, Michaël, Jean, Pierre et moi.


Départ à 13h30 pour l’aéroport de Brest, véritable plateforme aéroportuaire digne de ce nom (1Mpax/an paraît-il). L’aéroport est tout neuf et très moderne. Nous nous empressons Olivier et moi de faire les « pleins » du Tecnam, puis nous partons payer la taxe d’atterrissage : cela nous a pris une bonne heure pour { trouver le bureau + se faire scanner + remplir 3 pages de formulaires + payer + retourner au club }. Conclusion : nous mettons les voiles seulement à 16h. Déjà, un plafond s’est installé vers 2500ft. Olivier s’est occupé du pilotage (donc moi de la nav) jusqu’à Poitiers qui a été notre terrain de refuelling (après 2h10 de vol environ). Rien de spécial concernant cette nav, sinon que le continent était bien plat sur cette partie du trajet. Heureusement, la seconde partie (moi aux commandes pour la nav Poitiers -> Lyon) a été beaucoup plus intéressante avec du joli relief à passer (du côté de Vichy, Roanne et Villefranche). Nous sommes arrivés à Lyon il était environ 21h.

Sur le retour, halte à Poitiers. Lequel préférez-vous : le Mooney ou le Tecnam ?


Quelques photos sur le retour.


Nous arrivons en Auvergne (village typique !)


Retour à la maison (au loin, Lyon)


Et voilà, la vent-arrière pour la 34 à Lyon Bron : il est environ 21h.


Quelle ballade !


C'était un week-end super sympa : j'ai pu loguer près de 5h de vol sur mon carnet. Cela a été aussi l'occasion de rencontrer de nouveaux pilotes et de partager beaucoup de connaissances. Un grand merci à Jean d'avoir organisé ce week-end chez lui et de nous avoir ouvert les portes de sa maison... et de sa belle région ! C'est promis, je reviendrai !

Aurélien

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yves 18/08/2008 17:24

Belle Ballade. La prochaine fois, fais-moi signe je suis partant. Yves RUNAVOT ACGL