Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Imagin-air
  • : Le blog d'un passionné d'aviation : récits de sa formation et de ses vols.
  • Contact

Jeunes Ailes


Membre du forum
23 juillet 2006 7 23 /07 /juillet /2006 11:36

xx Juin 2006 : un date mémorable dont je ne me souviendrai longtemps. C'est la date de mon premier vol dans "le plus beau bureau du monde".

Mais tout d'abord, revenons un peu en arrière. Eté 2005 plus précisément. C'est à cette époque que je m'inscris pour la première fois sur la Pilotlist. Je découvre que, comme moi, plusieurs passionnés d'aéro, pilotes ou non, discutent de prêt ou de loin de tout ce qui touche le monde aéronautique.

Les sujets sur cette liste sont très variés et, avec émerveillement, je découvre qu'il est tout à fait possible, bien qu'interdit par Air France, de s'inviter ou de se faire inviter dans le cockpit d'un avion de ligne par les pilotes. Lorsqu'on connaît un pilote qui connaît un pilote qui connaît LE pilote au commande le jour du vol, on se fait "cockpistonner" c'est à dire que l'on fait jouer ses relations pour que le pilote nous invite dans son cockpit, alias "le plus beau bureau du monde" (terme employé pour la première fois par Jacques Darolles, commandant de bord sur A320, dans son premier livre).

Me voilà donc le jour de mon départ, mon premier vol "de ligne" depuis que je suis inscrit sur "LA Liste". Afin d'accéder à la cabine de pilotage, je m'y prends un peu différemment : j'ai utilisé l' "autocockpiston", c'est à dire que je me suis invité tout seul dans la plus beau bureau du monde. L'astuce a été simple mais, comme toute recette de grand-mère, je ne vous la divulguerai pas ;-) ! Sachez simplement que ce genre d'auto invitation, tout comme le vrai "cockpiston" ne marche pas tout le temps, attentats du 11 Septembre 2001 oblige. Car c'est le Commandant de Bord qui prend la décision d'inviter ou non un "étranger", et qui est également responsable des conséquences...

Voici donc comment cela s'est passé : peu après le décollage de notre A320 de Roissy Charle de Gaulle en direction de Stockholm, assis encore à ma place "réglementaire"  et me disant intérieurement que mon autocockpiston avait certainement échoué, je suis très surpris lorsque la chef de cabine vient me voir à ma place avec un grand sourir pour me dire :

-"Vous savez y faire avec les pilotes ! Ils vous attendent dans la cabine de pilotage".
 

Croyant que mon cockpiston avait échoué, je me consolai en admirant la beauté du ciel par le hublot.

 
A ce moment là, je me suis rendu compte à quel point j'étais chanceux. Très peu de gens ont un tel privilège. Une immense joie me remplit immédiatement et, sans me faire prier plus longtemps, je commence à me diriger vers la cabine de pilotage accompagné par la Chef de Cabine. Mon voisin de siège a certainement du se demander ce qu'il se passait, car ensuite il ne m'a plus revu de tout le vol ! Me voilà donc entré dans le lieu saint des saints : je salue de suite les pilotes et, politesse oblige, je me présente et les remercie de leur invitation. Je m'assieds ensuite sur le très populaire (sur la Pilotlist) "jumpseat" à l'arrière des pilotes, que j'essaye déverrouiller tant bien que mal : sachez que dans la cabine de pilotage d'un A320, il peut y voyager 4 personnes (le pilote et copilote ainsi que deux autres personnes assises sur des strapontins rudimentaires généralement vides et donc repliés). Puis, un fois le pilote automatique enclenché, les pilotes ont un peu de temps à me consacrer. Ils commencent par me montrer leur tableau de bord, les écrans LCD, leur rôle, leurs instruments, les différentes fonctions de la multitude de boutons.
 

Ecrans de jeux dans le plus beau bureau du monde.

 
Puis nous discutons d'avions en tout genres : des vieux que nous avons pu voir dans des meetings aériens, des plus récents sur lesquels on apprend à piloter. Le vol devait durer deux heures, mais ce n'est pas l'impression que j'ai eue tellement je n'ai pas vu le temps passer.

Pendant leur briefing arrivée où la concentration des pilotes devait être de rigueur, j'en profite pour prendre quelques photos. Puis les pilotes m'autorisent aimablement à rester pour l'atterrissage. J'accepte sans aucune hésitation. Nous voilà donc en finale 26 pour Arlanda, l'un des aéroports de Stockholm. L'atterrissage est réalisé de main de maître et l'A320 roule déjà sur le taxiway.
 

Vol au dessus d'un nid de nuages


Arrivée sur la Suède


Piste 26 en service

 
La vidéo de l'atterrissage est disponible ici (clic droit + "Enregistrer la cible sous" pour télécharger).

 

Je tiens à remercier le commandant de bord ainsi que son copilote pour m'avoir autorisé à passer un grande partie du vol à leur côté, ainsi que tous les hôtesses et chef de cabine pour avoir généreusement transmis mes requêtes aux pilotes, ainsi que d'avoir veillé à ma bonne restauration même dans la cabine de pilotage ! Merci à tous de permettre à des grands enfants (comme moi) de rêver et de passer des moments extraordinaires comme celui-ci.



Aurélien
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurélien - dans Voler autrement
commenter cet article

commentaires