Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Imagin-air
  • : Le blog d'un passionné d'aviation : récits de sa formation et de ses vols.
  • Contact

Jeunes Ailes


Membre du forum
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 22:29


La nav.


Pour ce deuxième vol, Lucas m'avait demandé de préparer la nav pour Megève. Préparer une nav en montagne, comment fait-on ? C'est au moment où j'ai commencé à étudier chez moi le trajet que cette question m'a sauté à l'esprit. Comme en plaine, au plus direct ? Oui, mais est-ce que l'avion réussira à prendre de l'altitude suffisamment vite pour passer les sommets ? Ou bien alors en zigzaguant dans les vallées entre points de reports faciles (villages, lacs, etc...) ? J'ai d'abord pensé à la seconde façon de faire, et c'est dans cette optique que j'ai préparé ma nav.



Depuis Méribel, Megève se trouve sur la gauche du Mt-Blanc.


La nav vue depuis Méribel.


Nous décollons encore de bonne heure pour ce deuxième jour de vol, toujours avec le F-PNIV (qui restera notre avion du début à la fin de ce stage). Lucas me demande de mettre le cap au plus direct, c'est à dire plein Nord. Déjà, j'annonce que nous n'arriverons pas à passer la première barre de relief. "Mais si, mais si" me répond Luca avec son accent inimitable. Et c'est vrai que nos allons facilement rejoindre les 8500ft : le Mouss' monte bien et son vario affiche un gentil +500ft/min même à haute altitude.



Déjà 20 min que nous sommes partis (avec un trajet au plus direct sur Megève) et déjà Lucas me demande où je suis. Comme nous venons tout juste de passer le barrage de Roselend et après un rapide coup d'oeil à ma carte IGN aéro habituelle (Lucas me demandera d'acheter une carte routière, bien plus pratique en montagne), j'en déduis qu'il nous reste encore quelques minutes avant d'arriver sur l'altiport. En fait non, il est juste à notre droite. Nous sommes encore à 8000ft, le circuit de piste commence à 5600ft, alors nous entamons une série de spirales pour perdre l'altitude et je m'annonce au point Novembre de Megève.



Le circuit de piste est très biscornu et il ne s'improvise pas. Pour cette première fois à Megève, je me suis donc conformé aux instructions que j'executais tel un pantin. Si Lucas a choisi cette destination comme première nav, c'est que l'Altiport de Megève n'est pas le plus dur pour atterrir : on a presque l'impression que la piste est plate, même si elle monte un peu (pente à 7% en moyenne avec une pointe à 9% quand même !). Pour cet altiport, l'arrondi se gérera donc avec un filet de gaz seulement : finalement, Megève, ça a l'air d'être un peu plus facile que Méribel. En fait, ce qui est le plus dur à Megève, c'est surtout le tour de piste, qui effleure les sapins (l'altitude doit être tenue aux petits oignons) et la paroi montagneuse qu'il faut bien raser pour avoir la place de faire une base (et donc bien avoir en tête la relation vitesse/rayon de virage).



Circuit publié pour Megève.


Arrivée et intégration sur Megève.


Lien pour télécharger la vidéo en meilleure définition (162 Mo)


Nous avons fait 3 tours de piste au total. J'essayais à chaque fois de m'améliorer, mais je restais constammant  submergé par les évènements : ici, la moindre action a une importance bien plus grande qu'en plaine, car l'erreur n'est pas permise : regarder dedans, regarder dehors, tenir l'altitude, regarder dehors, vitesse, regarder dehors, trajectoire, regarder dehors, radio, regarder dehors, préparer la machine, regarder dehors...  Comme dirait un certain pilote bloggeur, j'avais le "CPU à 200%" ...

La piste de Megève, qui ne semble "pas trop difficile".


Après le 3e atterrissage, nous parkerons l'avion et irons prendre un café au bar/restaurant de la plateforme. Avant de repartir, Luca essaiera de trouver un certain Jacques, instructeur à Megève, qui l'avait, ici même, formé à la montagne il y a quelques années. Qui sait...peut-être que, dans quelques temps, ce sera moi qui viendra à Méribel avec mon élève pour voir Lucas ? Je rêve... Nous rentrerons tranquillement à Méribel.



Le Fox India Victor avec ses petits frères de Megève.


Départ de Megève : la piste en bas à droite.


(L'immense) Barrage de Roselend : il faut le traverser à pied pour se rendre compte de sa taille.
Photo prise sur le retour.


Le lac de Roselend. Bien pratique pour s'en servir de "point tournant".


Aurélien

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aurélien 01/10/2009 09:47


> Franck : comme me le répète souvent ma chère maman, originaire du coin, il y a "toujours un ciel bleu marine en Savoie". C'est (presque toujours) vrai

Aurélien


Franck 01/10/2009 09:34


Comment fais tu pour commander le CAVOK ? ( tes vols sont tous CAVOK pour l instant !!) En tout cas pour le deroutement
les choix sont quand même limités !.
Je maintiens: ça donne envie tout ça !