Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Imagin-air
  • : Le blog d'un passionné d'aviation : récits de sa formation et de ses vols.
  • Contact

Jeunes Ailes


Membre du forum
14 mars 2007 3 14 /03 /mars /2007 23:53

Vous êtes plutôt Robin DR400 ou Cessna 152 ?

 

2 ans que les avions Robins me résistent ! C'est aujourd'hui de l'histoire ancienne... 

Dimanche dernier, j'ai en effet pu faire mes premières 75 minutes de DR400-120 à bord du Fox-Victor-Fox de "L'Aéroclub du Grand Lyon" (voir l'article sur ma quête d'un nouveau club). C'était mon baptême à 3 titres : mon premier vol dans ce nouvel aéroclub, le premier vol avec Michel - mon nouvel instructeur (le temps de mon lâcher) - et enfin mon premier vol à bord de l'avion de bois et de toile préféré des jeunes pilotes !

C'est donc maintenant l'occasion pour moi de rédiger un petit comparatif entre le célèbre Cessna 152, sur lequel j'ai pu faire toute ma formation (ainsi que de nombreux pilotes à travers le monde), et le DR400 élu "best flyer" ;-) par les pilotes de l'héxagone.

Style : victoire DR400 par K.O.
Je crois qu'il n'y a pas photo : les Cessna sont trapus et ne semblent pas très aérodynamiques pour un sou. Les Robins, par contre, sont très élancés avec leurs ailes basses recourbées sur leur bord (la fameuse aile Jodel). De plus, leurs carénages de roues sont du plus bel effet.

Accès à bord : victoire Cessna 152/172 par K.O.
Là aussi, il n'y a pas photo : dans les Cessna, on ouvre les portières et on rentre comme dans une voiture. Il suffit d'avancer les sièges avants pour dégager un large espace afin d'accéder aux places arrières (comme un coupé). Pour le DR400, c'est nettement plus compliqué : il fut monter sur les ailes, sur une bande large d'à peine 20cm, ouvrir la verrière, avancer le siège et le rabattre, redescendre pour laisser monter les passagers. Ces derniers sont alors obligés de se contorsionner et de se plier en 2 pour accéder aux places arrières. Pour les bagages, il faut les faire passer aux passagers pour que ces derniers les déposent dans le coffre derrière eux. Le C172 a un coffre accessible depuis l'extérieur. Enfin, le pilote et co-pilote doivent enjamber le manche pour pouvoir s'installer, alors que dans les Cessna, la présence d'un volant autorise un espace dégagé pour les jambes.
Conclusion : si vous êtes jeune et sportif, vous pouvez prendre un DR400 ; s'il faut emmener pépé et mémé, je vous conseille vivement le C172 !

Visibilité à bord : match nul
Lorsqu'on pilote en VFR, il faut ouvrir les yeux, c'est très important ! Les Cessna sont des avions à ailes hautes : le principal avantage est que l'on peut parfaitement voir ce qui se passe en dessous (et ainsi prendre de magnifiques photos). Par contre, la visibilité en virage est nulle car l'aile à l'intérieur du virage masque complètement la vision du pilote. En ce qui concerne le DR400 (ailes basses), c'est l'inverse : visi excellente en virage, mais pour prendre des photos en dessous, c'est là que ça se complique ... débrouillez-vous comme vous pouvez ! Enfin, parlons de la visi vers l'arrière, nécessaire pour conserver l'axe de la piste lors de la montée après décollage : dans les Cessna, il y a une lunette à l'arrière par laquelle on peut voir la piste, sur DR400 nous n'avons pas droit à ce luxe ! Dommage, la vision vers l'arrière c'est aussi un gage de sécurité ! "Dites, Monsieur Robin, vous pouvez pas mettre des rétroviseurs à vos avions SVP  ?"


Ergonomie : match nul
Le pilotage d'un Cessna se fait au volant, celui d'un DR400 se fait au manche : aucun avantage à première vue de l'un par rapport à l'autre. Le tableau de bord se ressemble dans les deux avions, avec les mêmes instruments aux mêmes endroits (normal, c'est fait pour). Le DR400 possède deux commandes de gaz, alors que le Cessna n'en possède qu'une seule mais judicieusement placée (la réchauffe est à portée de pouce de celle-ci). Les volets sont électriques sur Cessna, manuels sur DR400. Par contre, la largeur aux coudes est plus grande sur DR400 que sur C152 : moins pratique pour draguer ;-)))) !

Pilotage : avantage DR400
Je n'ai pas encore suffisamment d'expérience en vol pour en parler. Cependant, la différence entre les 2 avions ne semble pas flagrante, par contre à l'atterrissage, elle l'est : le contact de l'avion avec le sol est beaucoup plus doux en Robin qu'en Cessna.

Bon, dans un futur + ou - proche, il me restera à me faire lâcher sur le Piper PA28 et le nouvel arrivant, le Tecnam P2002 du club (le C172, je connais déjà).

Aurélien ( alias Yoyoman )




Partager cet article

Repost 0
Published by Aurélien - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Arnaud 21/03/2007 17:56

Je te dirai ça un de ces jours. Je suis toujours fidèle à mon C150. En général, dans mon AC, on passe au Robin quand on attaque les navs. Mais on dirait que mon FI a oublié :) Mon porte-monnaie y gagne en attendant et je n'étais au moins pas pendu dans le vide pendant les virages à 60° l'autre jour. L'aile me cachait bien le sol :)

Pat 15/03/2007 10:56

Je vois plusieurs différences entre un manche et un volant:Le pilotage au manche est beaucoup plus "sensuel". On ressent l'avion. On le caresse, le titille :-)Le pilotage au volant s'apparente plus à la conduite d'un camion, le bras sur l'accoudoir.Par contre le volant laisse de la place sur les genoux pour mettre la carte et la planchette. C'est beaucoup plus difficile avec un manche entre les cuisses.Mais personnellement je préfère infiniment piloter avec un manche, j'ai plus l'impression de faire corps avec l'avion. Et j'aime pas les "camions" Cessna :-)

Aurélien 15/03/2007 18:19

Hello Patrice !J'ai déjà entendu plusieurs fois la comparaison Cessna (172 en particulier) = camion, peut-être aussi parce que le 172 a un comportement "pataud", surtout à l'arrondi.Amicalement,Aurélien