Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Imagin-air
  • : Le blog d'un passionné d'aviation : récits de sa formation et de ses vols.
  • Contact

Jeunes Ailes

Membre de l'association
30 décembre 2007 7 30 /12 /décembre /2007 11:38

... be sure to wear some flowers in your head.

 Voici quelques prises de vue depuis mon hublot sur le trajet Montréal - San Francisco. Notez que l'on survole une partie du massif des "Rocheuses". Les dernières photos montrent le désert de "La Vallée de La Mort".

 

 

 

 

 

 

 

    

 

et une fois à l'aéroport, on apprécie la déco :

 

 

 

 

    

Aurélien

Partager cet article

Repost0
27 décembre 2007 4 27 /12 /décembre /2007 13:06

Pendant mon séjour au Canada, j'ai profité de quelques jours de vacances pour aller rendre visite à des amis qui habitent aux Etats-Unis, à San Francisco. J'ai donc profité d'un dollar très intéressant pour me prendre un vol A/R au départ de Montréal et à destination de la plus belle ville de Californie. Sauf que ce jour là, la nuit fut très chargée en précipitations neigeuses. Résultat : bien 5 cm de neige sur les routes et sur tout l'aéroport. Lorsque c'est ainsi, tous les services de l'aéroport s'activent très tôt pour déneiger les voies de circulations et les pistes, et tous les avions passent illico à l'aire de dégivrage pour un petite toilette nécessaire avant le décollage ;-).

Voici le roman photo de ce départ qui nous a bien coûté 1h de retard :

   

Mon Airbus A318 au départ de Montréal à destination de San Francisco.

 

Les ailes sont enneigées. Le dégivrage autonome de l'aile vient d'être activé.

 

Les équipes de déneigement s'affairent à nettoyer tout l'aéroport.

 

L'aire de déneigement des avions est déjà bien occupée.

  

Signalisation lumineuse à l'entrée de l'aire de déneigement.

 

D'étranges engins nous attendent.

 

L'avion est aspergé de Glycol. Beurk !

 

Des machines qui pourraient être sorties tout droit de films de Science Fiction !

 

Ca arrose !

 

Au contact du glycol, la neige fond immédiatement.

 

Maintenant, c'est au tour de notre voisin.

 

L'épaisseur de neige est tellement grande qu'il y a des batonnets pour rendre compte du balisage des aires de roulage.

 



A San Francisco, il y avait par contre un superbe soleil et des températures vraiment très agréables !

 

Aurélien

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 04:23

... enfin, il n'est pas encore sur le point de voler, car seul chassis et les ailes1 de l'avion sont fabriqués.

  

Le chassis du futur "Albatros".

  

Ce projet est celui 5 étudiants de la 49ème promotion de génie mécanique de l'Université de Sherbrooke (Canada). Le but de l'exercice (car il s'agit ici d'une véritable épreuve dans leur cursus universitaire) était de mener un projet majeur sur 3 ans, en partenariat avec des entreprises sponsors (en l'occurence l'avioneur Bombardier ici), consistant à l'étude et à la réalisation d'un dispositif nouveau en rapport avec leur spécialité.

  

Tests de la structure via logiciel.

 

C'est donc avec passion qu'ils ont exposé leur aéronef aux visiteurs et aux examinateurs. Ils ont créé un chassis tout en aluminium, assemblé par rivets. Ils ont concu ce dospositif sur ordinateur, via un logiciel de dessin technique (SolidWorks, pour ne pas le citer) et ils en ont étudié la rigidité compte tenu des véritables contraintes rencontrées en vol.

  

Présentation du travail effectué

 

Lorsque je leur ai dit que, en France, je volais sur un avion en bois et toile, jai senti un léger sourire ironique se dessiner sur leur visage ;-).

 Aurélien

--------------------

1 Les ailes ont fait l'objet du même travail par d'autres étudiants, il y a quelques années, ce qui a servi de point de départ pour ce groupe d'étudiant.

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 03:52
Comme vous avez pu le constater ces derniers temps, je n’ai pas beaucoup publié sur mon blog. Car pour être franc, mon activité aéronautique est au point mort depuis mon fabuleux rascol de New-York. C’était il y a presque 2 mois….
 
Aujourd’hui, je ne vous raconterai pas de nouvelle expérience aéronautique,  ne vous ferai pas revivre de nouveau rascol, ne vous décrirai pas de nouvelles nav, ne vous ferai découvrir de somptueux paysages... Ce que je voulais simplement dire à travers cet article, c’est (excusez-moi pour la vulgarité) que j’ai "les boules". Oui je suis « vénère » contre cette ersatz d’école de pilotage de Sherbrooke (la ville dans laquelle je suis pendant ces 3 mois).
 
Car ce n’est pas faute d’avoir essayé de voler. Déjà, avant de partir pour le Canada, j’avais contacté par mail cette FTO (Flight Training Organisation, société privée qui apprend à piloter et loue des avions) pour lui annoncer mon intention de voler au Canada, et donc de prendre des cours de pilotage. Vous verrez sur le site de cette FTO que l’adresse e-mail est bien visible sur sa page d’accueil, elle n’est ni écrite en tout petit, ni cachée dans un pavé d’écriture illisible… Et le temps a passé, 1 semaine puis 2, sans nouvelle. Je décide de relancer une nouvelle fois (toujours par e-mail) : rien. Vient alors le temps où j’arrive au Canada, et je décide de contacter cette fois par téléphone la FTO. Je tombe sur le patron de la FTO, peu aimable, à l’autre bout du fil, et je lui explique que j’ai essayé de le joindre par mail :
 
« Ah mais vous savez, on ne regarde pas les e-mails ici » me lance t'il d'un ton laconique.
 
NO COMMENT
 
Je prends donc rendez-vous par téléphone pour la semaine suivante (car il faut prendre rendez-vous au moins 48h à l’avance). Il me demande de rappeler la veille ou le matin du jour J pour faire un point sur la météo et pour confirmer le vol. J-1 : j’appelle pour confirmer le vol mais personne ne répond au bout du fil : je tombe sur un répondeur, sur lequel je laisse un message et mon numéro de téléphone (car comme monsieur n’utilise pas ses mails, je suppose qu’il sait au moins utiliser un téléphone ?).
 
Pas de nouvelle.
 
Jour J : je recontacte la FTO, je tombe encore sur le répondeur. Il me fallait impérativement cette fois-ci une confirmation de sa part à lui, car il a beaucoup neigé pendant la nuit et j’avais peur que l’aérodrome soit fermé faute de déneigement. De plus, le plafond météo était assez bas, un BROKEN 1100 ft dixit la météo aéronautique. Afin d’éviter de prendre un taxi pour rien (car l’aérodrome est à un 15aine de km de chez moi, non desservi par les transports en commun), il me fallait à mon tour une confirmation. Rien, rien de rien, aucune réponse.
 
J’ai rappelé plusieurs fois, presque 20 fois en tout en 2 jours. Je suis toujours tombé sur un répondeur sur lequel j’avais laissé un numéro pour ME joindre.
 
NO COMMENT
 
Bref, tout ça ne fait que confirmer ce que le colibri Marc-Olivier (qui connaît bien Sherbrooke et qui y a volé) m’avait dit le jour du rascol de New-York : « Tu verras, le père Paquin, il n’est pas très commercial ! ». Effectivement, j’en ai eu l’amère expérience !
 
Résultat : j’ai décidé d’abandonner. Je ne voulais pas que cette FTO me pompe toute mon énergie, pour m’annoncer finalement qu’ils n’ont pas besoin de nouveau « client ».
 
Alors, pour me consoler, je me suis dit que les économies ainsi réalisées me serviront pour d’autres vols, peut-être de nouvelles expériences, mais en France cette fois.
 
Là où j’ai vraiment les boules, c’est qu’en rentrant en France fin Décembre, j’aurai perdu mon autorisation d’emport de passager (car il faut 3 décollages/atterrissages dans les 3 mois qui précèdent pour pouvoir emmener des passagers). Or ma sœur, expatriée au Canada  (à Montréal, mon séjour au Canada étant totalement le fruit du hasard) ne rentre qu’une semaine par an, pour les fêtes. Je ne pourrai certainement pas l’emmener faire un tour en avion, avant son départ pour Montréal pour à nouveau une année complète… Je sais qu’elle va être déçue…
 
En attendant, je continue de voler, mais virtuellement cette fois, grâce aux fabuleux récits et vidéos des pilotaillons qui tiennent un blog : les sorties en Bretagne de Patrice, la formation de Paul sur son F-BOZO, les nav de Sylvie avec son gros nounours d’Instructeur ;-) ou les sorties de nuit de Vincent.
 
Bonne fêtes à tous et bon vols.
 
Aurélien
 
 
 
 
 
 

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 03:55

Ah là là, j'avais beau ne pas être allé à Montréal pour la première arrivée de l'A380 au Canada, nous (les téléspectateurs des chaînes nationales) n'avont rien manqué du spectacle de "la bête" foulant le sol de l'aéroport Montréal Trudeau.

  

L'arrivée de l'A380 fait même la une des sites webs des chaînes canadiennes.

  

C'était un véritable évènement ici : les éditions spéciales de tous les journaux télévisés ont tenu presque 2 heures sur cette info. Nous avons eu droit aux images :

  • du tour de la ville de Montréal de l'appareil avant son atterrissage
  • de l'atterrissage de l'avion (passé en boucle au moins 50x)
  • de la visite de l'avion (1ère et 2nde classe + bars + escaliers + ... )
  • des commentaires des passagers (dont le chanteur Garou)
  • du commentaire des pilotes
  • de la conférence de presse du dirigeant d'Airbus
  • de l'interview des spotteurs de Trudeau
  • de l'interview d'autres pilotes Airbus
  • de l'interview des personnels techniques de l'aéroport de Trudeau qui s'affairent autour de l'avion
  • des images en vol depuis plusieurs hélicoptères qui faisaient des cercles autour de l'avion (posé depuis un bon bout de temps)
  • etc. etc. 

Bref, je n'ai rien loupé de l'évènement.

Aurélien

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 00:42

 

Ils sont sympas nos cousins canadiens de s'intéresser à nos joujoux ;-) !

Dommage, demain je ne pourrai pas assister à l'arrivée de "la bête" car :

  • demain lundi, c'est boulot !
  • je suis à Sherbrooke, à quand même 200 km de Montréal.
  • et parce que je n'aime pas vraiment spotter sur les grands aéroports (je suis plutôt un fan des petits aérodrômes)

Une prochaine fois peut-être...

Aurélien

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2007 1 05 /11 /novembre /2007 23:14

Organisation Internationale de l'Aviation Civile
999, rue de l'Université
Montréal, QC, H3C 5J9
Canada

 Voici l'adresse du siège de l'OACI (que tout pilote est censé connaître). Etant ce week-end à Montréal, j'en ai profité pour aller voir l'immeuble de cette grande organisation spécialisée des Nations Unies.

 

  

Quelques rappels sur l'OACI (Source Wikipédia) :

"L’Organisation de l'aviation civile internationale (ou OACI, en anglais International Civil Aviation Organization ou ICAO) est une organisation internationale qui dépend des Nations unies. Son rôle est de participer à l’élaboration des normes qui permettent la standardisation du transport aéronautique international (les vols à l’intérieur d'un même pays ne sont pas concernés par l’OACI). Son siège social est situé à Montréal.

Le conseil de l’OACI adopte les normes et recommandations règlementant la navigation (en anglais : SARP, Standards and Recommended Practices), le partage des fréquences radio, les licences du personnel d'aviation, la circulation aérienne, etc. Il définit aussi les protocoles à suivre lors des enquêtes sur les accidents aériens, protocoles qui sont respectés par les pays signataires de la convention de Chicago."

Quelques photos:

 

999, rue de l'Université.

 

Le sigle est prêt à s'envoler dans ce beau ciel bleu.

 

L'aviation française est pas mal représentée...

 

Montage représentant l'immeuble entier.

 

Aurélien

 

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2007 5 26 /10 /octobre /2007 02:26

 

Pavillon J.-A. Bombardier

 

Je ne pouvais pas mieux tomber ! A l'Université de Sherbrooke où je travaille pendant ces 3 mois au Canada, le pavillon qui renferme nos laboratoires a pris le nom de celui qui fut le plus généreux mécène pour sa construction : Jean-Armand Bombardier !

Je rappelle que Bombardier est le nom de l'entreprise aéronautique canadienne Bombardier (anciennement Canadair) qui fabrique entre autres des avions (des avions d'affaires, régionaux, de lutte contre les feux et militaires ).

 

  

Une stelle rend bien évidemment hommage à ce généreux contributeur.

 

Au Canada comme aux USA, il est très fréquent (voire il est rentré dans la moeurs) que les entreprises privées financent la recherche (en partie, bien sûr), en investissant dans la construction des bâtiments de recherche ou d'enseignement, en finançant l'achat de matériel, mais aussi en assurant une partie des salaires ou bourses (ce dernier point est à vérifier).

 

Bombardier (ou Canadair) CL415.

 

Aéroport Montréal-Trudeau : regardez les bâtiments au fond à gauche.

 

Aurélien

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2007 4 25 /10 /octobre /2007 01:36

Après notre vol avorté à destination de New-York (mais qui reste l'un de mes plus beaux vols), Marc-Olivier a fait un travail titanesque de récupération des bandes sons et surtout de leur décryptage. Voici le résultat de son travail :

 

Rappel de la situation : nous sommes pendant le vol retour sur Montréal. Le dialogue commence lorsque nous sommes encore aux USA (donc en contact avec les américains) et alors que nous sommes sur le point de franchir la frontière canado-américaine. Notre destination est dans un premier temps l'aéroport de Montréal Trudeau afin de pouvoir dédouaner (on doit réglementairement se poser dans un aéroport douanier lorsqu'on franchit les frontières de pays). Ensuite (mais ça ne concerne pas ces dialogues) nous avons redécollé de Trudeau pour notre aérodrome final de Montréal St-Hubert.

 

La configuration des pistes et des avions à l'atterrissage.

   

Pour les protagonistes des conversations radio, voici un petit résumé  de la situation :

BTV APP (Burlington Approach) :  Équivalent d'un SIV combinant l'approche pour la région du lac Champlain (Comme Deauville  Info/Deauville Approche).

MTL TML : (Montreal Appoach, Montreal Arrival, Terminal De Montreal) :  responsable des arrivées IFR dans la grande région métropolitaine de  Montréal.  Ils coordonnent les handoffs avec Boston Center, Burlington  Approach, Ottawa Terminal et Montréal Center.

 

Les pistes à Montréal-Trudeau.

 

C-FFSK : C'est nous. Les conversations en anglais, c'est Marc-Olivier ; les  conversations en Francais c'est Susana sauf deux (Marc-Olivier).

AF346 Lourd : 747 en patrouille avec nous qui était dirigé sur la 24 droite alors que nous faisions l'approche sur la 24 gauche.  Sa clairance d'atterrissage est retardée par le départ d'Air Canada 437 sur la piste sécante (piste 28). AF346 coupe d'ailleurs la parole à la tour en arrivant sur la fréquence ce qui l'oblige à répéter le message.

 

Heavy AF346, parallèle à nous.

  

Air Canada 437: Airbus 319 décollant de la piste 28 pour Toronto, un tout petit vol léger, ce qui lui permet de prendre la piste courte. C'est cet avion qui retarde la clearance d'atterrissage de AF346.

Air Canada 1251: Airbus 320, arrivant de Cancùn au Mexique, qui suit le 747 d'Air Fance sur l'approche 24 droite.  L'approche lui indique qu'il est numéro 1 mais qu'ils doivent faire décoller un 777 (Air France 345) avant.  Le décollage de AF345 aura lieu une minute trente plus tard à cause des contraintes de turbulence de sillage du Heavy qui précède.  Le ManOPS de l'ATC Canadien nécessite une attente de 2 minutes avant tout décollage qui suit la turbulence de sillage d'un Heavy.

Air France 345:  C'est le 777-300 qu'on voit sur le seuil de la 24 droite sur la photo. 

Commentaire de Marc-Olivier : C'est assez drôle parce que le contrôleur est visiblement anglophone et Air France 345 rend le contrôle confus en changeant de langue entre les messages.  A la ré-écoute, c'est assez drôle la séquence où le contrôle  dit:

-Air France 345 no delay rolling airborne contact departure cleared  take off runway 24 right

- (silence)

- Air France 345 no delay rolling cleared take off runway 24 right

- (silence, et la, il se rend compte qu'il n'est pas compris en anglais)

- Air France 345 sans délai autorise au décollage piste 24 droite

et il répète "sans délai".

Je taquine le personnel d'Air France mais je les aime bien quand même d'autant plus que je crois que la faute est partagée puisque le message précédent était en Français.  Toutefois, la suite des messages  se fait en anglais avec le Terminal c'est assez curieux.

Corsair 901: Un airbus 330-200 qui part pour Orly a la même heure.

 


=> Pour écouter les bandes sons, téléchargez le fichier en cliquant avec le bouton droit de la souris sur l'icone, et choisir 'Enregistrer la cible sous'.

 

 Burlington Approche 1/2

 

19:33 - C-FFSK  Burlington Approach Good Afternoon this is Skyhawk Foxtrot Foxtrot Sierra Kilo.
19:43 - BTV APP Thats Foxtrot Fotxtrot Sierra Kilo?
19:46 -  C-FFSK    Affirm, this is Charlie Foxtrot Foxtrot Sierra Kilo.
 20:08 - BTV APP Hey Charlie Foxtrot Foxtrot Sierra Kilo Burlington Approach Say your position?
20:12 -  C-FFSK  Fox Fox Sierra Kilo is 22 miles on the 244 radial of the BTV VOR at 5 thousands 5 hudreads enroute Montreal requesting flight folowing for border crossing.
20:31 - BTV APP  Hey Charlie Foxtrot Foxtrot Sierra Kilo Squawk 0255.
21:14 -  C-FFSK  Burlington Approach Foxtrot Foxtrot Sierra Kilo did you copy?
21:32 - BTV APP Fox Fox Sierra Kilo Burlington Approach Say Again.
21:35  - C-FFSK  I was wondering if you did copy my destination is Trudeau, I am 5 thousands 5 hundreads feet 20 miles, 21 miles on zero uh  249 radial of the Burlington VOR.
21:47  - BTV APP Foxtrot Sierra Kilo Squawk 0255.
21:52  - C-FFSK  0255 Foxtrot Sierra Kilo.
22:08  - BTV APP Fox Sierra Kilo Radar Contact, Burlington altimeter 30,05.
22:12  - C-FFSK  30,05 Fox Sierra Kilo.
22:49  - BTV APP  Foxtrot Sierra Kilo say again type of aircraft.
22:52  - C-FFSK  This is a Cessna Skyhawk on a VFR flight plan Fox Fox Sierra Kilo.
22:56  - BTV APP Fox Sierra Kilo, Roger.
25:20  - C-FFSK  Burlington Approach Charlie Foxtrot Foxtrot Sierra Kilo, Request
25:25  - BTV APP Foxtrot Sierra Kilo Go, What's your request ?
25:26  - C-FFSK  Any chance for a pop-up for Trudeau, IFR, we still have the other requirement for crossing border requirement we would appreciate that if possible.
25:37 - BTV APP Foxtrot Sierra Kilo are you in VFR Conditions now?
25:40 - C-FFSK  Affirm and Able to maintain for the next 15 minutes no problem sir Foxtrot Sierra Kilo
25:46 - BTV APP Foxtrot Sierra Kilo Roger.
27:13 - BTV APP  Charlie Fox Fox Sierra Kilo is cleared to Trudeau Airport Via Direct Plattsburgh, and Direct Trudeau Maintain 6000.
27:22 - C-FFSK   Cleared to the Trudeau Airport via Direct Plattsburgh, Direct Trudeau uhh unable, negative RNAV but direct YUL is possible maintain 6000.
27:35 - BTV APP Fox Sierra Kilo Roger, Direct to Plattsburgh then Direct Montreal, Maintain 6 thousands.
27:37 - C-FFSK  Direct Plattsburgh and Direct Montreal, Maintain 6 thousands Fox Fox Sierra Kilo.

 

 

Burlington Approche 2/2

 

0:08   -  BTV APP Charlie Fox Fox Sierra Kilo Squawk 0301
0:12   - C-FFSK  0301 Foxtrot Sierra Kilo
0:50   -  BTV APP Fox Sierra Kilo Squawk what was your departure point?
0:53  -   C-FFSK Departure is Albany KALB
0:56  -   BTV APP Roger
0:58 -    C-FFSK  If you could... just for the strip, we would use Burlington as an alternate
1:00 -  BTV APP [click]
1:54 -    C-FFSK  Burlington Approach, Fox Sierra Kilo is level 6 thousands
6:26 -    BTV APP Cessna Foxtrot Sierra Kilot Descend at pilot discretion maintain 4 thousands
6:31 -    C-FFSK four thousands, pilot discretion Foxtrot Sierra Kilo
10:58 -  BTV APP Foxtrot Sierra Kilo contact montreal Arrival on 118 point niner Good Day
11:00 -  C-FFSK  118,9 Good Day Foxtrot Sierra Kilo

 

 

Montreal Appoach, Montreal Arrival, Terminal De Montreal 1/2 (Best of !!!)

 

12:48 - C-FFSK  Montreal Approach, Foxtrot Sierra Kilo with a request to change the strip in French
12:54 - MTL TML Foxtrot Sierra Kilo you want to change to which?
12:58 - C-FFSK  Français Fox Sierra Kilo
13:00 - MTL TML Ok I'm sorry Fox Sierra Kilo i did not understand your message
13:05 - C-FFSK  Just wanted to change language and speak the french language if possible Foxtrot Foxtrot Sierra Kilo
13:09 - MTL TML Oui Certainement monsieur, aucun problème, je m'excuse Fox Sierra Kilo alors 24 gauche pour vous et puis altimetre 30,04
13:19 - C-FFSK  24 Gauche 30,04 Foxtrot Sierra Kilo

 

Montreal Appoach, Montreal Arrival, Terminal De Montreal et Montréal Tour 2/2

-> J'ai mis en rouge lorsque Susana fait la radio


9:54   - AF346  Air France 346, pouvez-vous confirmer l'altitude s'il vous plait ?
9:56   -  MTL TML Air  France 346 oui c'est  6000 pieds, 24 droite
9:59   - AF346  A 6000 pieds Air France 346 24 droite
10:15 - C-FFSK  Virons a droite cap 075 Foxtrot Sierra Kilo
10:19 - MTL TML Roger
11:10 - MTL TML Foxtrot Sierra Kilot descendez a 2500 pieds
11:13 - C-FFSK  Descendons  2500 Foxtrot Sierra Kilo
11:45 - MTL TML Anticipez une approche visuelle sur la 24 gauche vous allez virer environ 10 miles finale
11:50 - C-FFSK  On anticipera une approche visuelle pour la 24 gauche Foxtrot Sierra Kilo (Marc-Olivier)
11:53 - MTL TML Roger
12:20 - MTL TML Air France 346 descendez a 4000 cap 285
12:25 - AF346  Vers 4000 pieds cap 285 Air France 346 Lourd
12:26 - MTL TML  Roger
12:31 - MTL TWR Corsair 901, la Tour, alignez vous sur la piste 24 droite
12:36 - CRL901  On s'aligne et on maintient 24 droite Corsair 901
13:06 - C-FFSK  Montréal Approche, Charlie Fox Fox Sierra Kilo en vue de l'aéroport
13:07 - MTL TML Je vérifie madame, votre King Air est passé sur votre aile gauche est présentement votre position 10h30 3 miles pour 3000 pieds il descend
13:17 - C-FFSK   Foxtrot Sierra Kilo, on verifie (Marc OLivier)
13:19 - MTL TML  Roger
13:59  - MTL TML Foxtrot Sierra Kilo, virez à gauche 330
14:02 - C-FFSK  À gauche 330 Foxtrot Sierra Kilot
14:03 -  MTL TML  Roger, Air France 346 à gauche 270 interceptez 24 droite en rapprochement
14:09 - AF346   a gauche 270 interceptons 24 droite en rapprochement Air France 346 lourd
14:12 - MTL TML  Roger
16:00 - AF346    On est toujours à 180 noeuds Air France 346
16:02 - MTL MTL  Oui monsieur, la vitesse Air France 346 à votre discrétion par contre gardez 170 noeuds ou plus jusqu'à Jarry.
16:10 - AF346   D'accord 170 noeuds ou plus jusqu'à Jarry Air France 346
16:14 - MTL TML Air France 346, information trafic, a votre position 10 heures trente 4 miles c'est un cessna 172 qui fait une approche visuelle sur la piste 24 gauche
16:23 - AF346   oui c'est bien copié Air France 346 lourd
16:31 - MTL TML Foxtrot Sierra Kilo, n'allez pas au nord de l'alignement piste à cause du trafic sur la droite
16:37 - C-FFSK  On ne vas pas overshooter le localizer Foxtrot Sierra Kilo
16:39 - MTL TML  Roger Foxtrot Sierra Kilo, parfait monsieur appelez la tour maintenant sur 119,9 bonsoir
16:44 - C-FFSK  On passe avec la tour 119.9 bonne soirée Foxtrot Sierra Kilo
16:48 - MTL TML  Roger
17:06 - MTL TML  Air France 346 appelez la tour maintenant sur 119 décimale 9 bonsoir
17:10 - AF346   119,9  346 au revoir
17:40 - AF346   La tour Air France 346 Lourd sur la 24 droite
17:40 - MTL TWR   ....Hold short 28 Air Canada 437 Tower now taxi to position runway 28
17:49 - AC437   To position runway 28 Air Canada 437
17:52 - AF346   La tour, Air France 346 lourd en finale 24 droite
17:55 - MTL TWR  Air France 346, La tour bonsoir monsieur les vents 290 @ 10 numéro un pour la piste 24 droite
18:00 - AF346   Numéro un Air France 346
18:54 - MTL TWR  Air Canada 437, Tower, Airborne contact departure, cleared takeoff runway 28 Good Day
18:58 - AC437   Cleared for take off runway 28 Air Canada 437  Good Day
19:01 - MTL TWR  Roger Air France 346, la tour, les vents 280 a 10 autorisé à atterrir piste 24 droite
19:09 - AF346   Autorisé à l'atterrissage piste 24 droite Air France 346
20:03 - AC1251  Tour de Dorval bonjour, ici Air Canada 1251 avec vous sur l'approche 24 droite
20:09 - MTL TWR  Air Canada 1251, la tour bonjour trafic un Boeing triple 7 décolle de votre piste dans une minute et trente, numéro un pour la piste 24 droite
20:18 - AC1251  Air Canada 1251
20:21 - MTL TML  Air Canada 437, Montreal Terminal Good Day, too you are radar identified, maintain seventeen, one seven thousands proceed to KANUR on course
20:29 - AC437   Up to 17 thousands direct KANUR on course air canada 437
20:33 - MTL TML  Roger
20:35 - MTL TWR  AF345 est-ce que vous être prêt avec sans délais?
20:38 - AF345   Oui bien sur Air France 345
20:40 - MTL TWR  Air France 345 merci alignez vous sur la piste 24 droite
20:43 - AF345    On s'aligne 24 droite Air France 345
20:59 - C-FFSK  on est en courte finale Foxtrot Sierra Kilo
21:00 - MTL TWR  Foxtrot Sierra Kilo Autorisé à l'atterrissage 24 gauche
21:04 - C-FFSK  Atterrissage 24 Gauche Foxtrot Sierra Kilo
21:06 - MTL TWR  Air France 346 restez a l'écart de Bravo et dans Bravo 2 contactez sol 121.9
21:13 - AF346   121.9  court de bravo et sur bravo 2 on contact 121,9 Air France 346 au revoir
21-19 - MTL TWR  bye
21:37 - MTL TWR  Air Canad Air France 345 no delay rolling airborne contact departure cleared take off runway 24 right
21:44 - MTL TWR  Air France 345 no delay rolling cleared take off runway 24 right
21:50 - MTL TWR  Air France 345  sans délai autorise au décollage piste 24 droite
21:53 - AF345   Autorise 24 droite Air France 345
21:55 - MTL TWR  Sans délai
22:20 - MTL TWR Air Canada Air  12, Air Canada 1251, la tour autorisé a l'atterrissage piste 24 droite
23:57 -  AF345    Bonjour, Air France 345 passing 3400 feet climbing to 5000
24:03 -  MTL TML Air France 345, radar identified turn left heading 170 maintain one zero 10 thousands
24:09 -  AF345  Turning left heading 170 maintaining 10 thousands Air France 345
24:15 -  MTL TML Roger
27:45 -  AF345  Climb flight level 230 Air France 345

 


 

Merci Marc-Olivier pour tout ce travail et à Susana pour cet excellent essai à la phraséo Québécoise !

Aurélien


Partager cet article

Repost0
21 octobre 2007 7 21 /10 /octobre /2007 14:28

La statue de la liberté n'attendait que nous (photo prise en 2003).

    
Samedi 13 octobre, 5h50 du matin : le réveil sonne et pour une fois, je suis heureux de me réveiller si tôt car le week-end promet d'être magnifique. C'est en effet demain dimanche que je vais rascoler une nouvelle fois avec Marc-Olivier Méhu et rencontrer la célébrissime Susana de la Pilotlist, pour un vol au départ de Montréal et à destination de New-York !
 
Nous sommes donc samedi matin et Montréal est quand même à 200 km de Sherbrooke : il faut prendre la ligne d'autocar régulière qui se rend dans la métropole du Québec. Tout s'annoncer pour le mieux : un soleil radieux, des forêts rougeoyantes le long de la route en cette belle période d'été indien, mais des températures très fraîches tout de même.
 
Tout à coup, grosse odeur de brûlé dans le bus : l'autocar prend feu !!! Le chauffeur arrête immédiatement le bus sur le bord de l'autoroute, nous évacuons sur la bande d'arrête d'urgence, le chauffeur prend un extincteur et asperge copieusement la roue avant droite qui était en feu... Heureusement, les flammes sont vites maitrisées. L'autobus est évidemment Hors Service et nous devons en attendre un autre (toujours sur la bande d'urgence, au froid) qui vient de partir de Sherbrooke. Résultats : 1 heure de retard, un peu de frayeur, mais nous sommes bien arrivés à destination. Hélas, je n'ai pas pu photographier ces instants, mon appareil étant dans ma valise qui était elle-même dans l'autobus.
 
Samedi après-midi, je vais rejoindre à l'aéroport Marc-Olivier qui arrive de Vancouver. Une fois tous deux réunis, nous louons une voiture et partons à la frontière américaine (à 30 min de Montréal) pour récupérer (seulement) le formulaire I-94W qui nous servira le lendemain. Je peux vous assurer que ce ne fut pas simple, bien au contraire ! En y repensant au moment où j'écris ces lignes, on se serait presque pris pour les Astérix et Obélix des temps modernes de la maison qui rend fou (cf. les 12 travaux d'Astérix). Heureusement, c'est bien connu, les Gaulois triomphent toujours !
Pour terminer la soirée, Marc-Olivier m'invite à le rejoindre dans la maison de celui qui fut son copilote et ami lors de son voyage pilotaillonesque en Alaska. Au menu : choucroute, merguez et bonne humeure !
 
Dimanche 14 Octobre : C'est le grand jour ! Marc-Olivier et moi avons rendez-vous au très luxueux hôtel Hayatt Regency dans lequel descend Susana, arrivée la veille, en escale jusqu'à ce soir (Susana est hôtesse de l'air, ou PNC, à Air France). C'est avec grand plaisir que nous la vîmes arriver, toute rayonnante et surtout très motivée pour notre vol d'aujourd'hui ! D'ailleurs, elle a insisté pour nous offrir le petit déjeuner dans son bel hôtel.
 
Marc-Olivier Méhu, qui chacun sait est pilote (de loisir) ici au Canada (mais aussi en France), nous a loué un avion et nous a préparé une ballade dont le but ultime est le survol de la Big-Apple (surnom de New-York) et de Central Park. L'idée initiale était de décoller de Montréal très tôt le matin, arriver à New-York vers 10h, aller en ville pour déjeuner et rentrer dans l'après-midi après le survol de la ville (le survol d'une ville, même à New-York, est autorisé aux USA).
 
Les ventres pleins, nous partons pour l'aérodrome de Montréal-St Hubert qui sera notre point de départ de cette belle aventure. La préparation au sol pour ce type de nav est importante : réservation de l'avion pour une longue durée, plan de vol à déposer, prévenir les douaniers des aéroport à la traversée des frontières, cartes à préparer, essence, météo... Bref, Marc-Olivier n'a pas chômé alors que pendant ce temps Susana et moi faisions les pîtres dans la salle de briefing.
 

 Pitreries au tableau de la salle de briefing d'Air Richelieu.
 
 
A cause de problèmes de disponibilités de l'avion, c'est seulement vers 10h30 que nous mettons en route l'avion, un Cessna 172 immatriculé C-FFSK. La météo sur Montréal est nuageuse, mais pas suffisamment pour faire renoncer Marc-Olivier à ce vol. De toute façon, Marc-Olivier est qualifié IFR, donc nous pourrions presque aller à New-York les stores de l'avion fermés.
  

C-FFSK, vaillant C172, nous transportera pour ce périple. 
 
Nous décollons de la piste 24L : à notre droite, c'est le centre ville de Montréal qui commence à s'offrir à nos yeux émerveillés. C'est à ce moment que l'on prend alors la pleine mesure de l'importance du fleuve St Laurent (qui, dit-on, est le fleuve le plus large du monde). Très vite, nous rejoignons le plafond de nuage, mais notre altitude est suffisante pour continuer en VFR. Nous survolons d'abord les quartiers résidentiels des environs de Montréal (saviez que presque toutes les résidences que nous avons survolées possèdent une piscine ? Sûrement un critère de richesse au Canada, au même titre que la grosse bagnole !).
 

 Départ piste 24L de Montréal-St Hubert. Remarquez en bas à droite le DC3.

  

 Au loin, Montréal.
 
Rapidement, c'est le lac Champlain qui va être notre compagnon de route : bien que pas spécialement large (moins de 10 km presque partout), son étendue Nord-Sud est gigantesque (100 km) ! Ca tombe bien, puisque les nuages commencent à se dissiper et laissent désormais les rayons du soleil venir se refléter dans l'eau : d'ailleurs, on note par endroits des rassemblements de voiliers voguant selon les caprices du vent, plutôt fort aujourd'hui. A cela s'ajoute les immenses étendues forestières rouges et vertes du parc national des Adirondacks. A ce point précis, nous sommes déjà aux USA et le passage de la frontière fut sans douleur ;-) . A bord de l'avion, l'appareil photo de Susana surchauffe.
 
 
Paysages vus le long du lac Champlain.
 
 
 
 
Parlons des communications radios : au Québec, les communications peuvent se faire en Français ou Anglais, Marc-Olivier ayant choisi le Français pour que Susana et moi comprenions un peu ce qui se tramait à la radio. Mais à partir de l'entrée aux USA, c'est en anglais bien sûr que le dialogue s'est poursuivi. D'ailleurs, si je peux vous faire une confidence : je n'ai absolument pas compris le moindre mot de ce que Marc-Olivier racontait, et encore moins à ce que le cow-boy à l'autre bout des ondes lui répondait ! C'est pas encore demain que je vais m'organiser un p'tit voyage en terres (grandes) bretonnes ! Croyez-moi !
  
 

 

 Curiosité : l'ombre de notre avion dans un halo de lumière.
 
 
 
 
De temps en temps, la couche nuageuse se faisait vraiment plus épaisse qu'ailleurs (normal au dessus de ces grandes étendues d'eau). Marc-Olivier basculait alors en régime de vol IFR (aux instruments) et il n'était, du coup, pas rare de traverser de plein fouet certains cumulus, et de se retrouver au dessus de la couche.
 
 
 La présence de nuages lenticulaires trahit l'importante force du vent en altitude.
 
 
 Les cartes à bord furent nombreuses pour ce voyage.
 
 
 
 
 
 
 
Au bout du lac Champlain, c'est la ville d'Albany qui approche et c'est là que nous allons nous arrêter pour dédouaner et refueler (l'essence risque d'être plus chère si nous décidons de remplir les réservoirs ailleurs). Aux douanes US, je peux vous dire que ça ne rigole pas : interdiction de sortir de l'aéronef tant que les douaniers n'ont pas inspecté l'avion et les choses (en l'occurrence : nous) à l'intérieur. Heureusement, une fois dans leurs locaux (pour prendre empruntes digitales et passeports), la tension redescend et c'est même sur le ton de la plaisanterie que nous les quittons une heure plus tard.
   
 
 
 Arrivée à Albany.

 

L'arrivée à l'aller et le départ au retour.

 

Marc-Olivier : un colibri en or !

 

En euro, ça fait 0.82 €/L.

 

Départ d'Albany.

 

 

  

Une fois encore sur la route, nous en prenons pleins les yeux : pour éviter d'écrire un récit fleuve, je vous laisse juger par vous-même grâces aux photos. Sachez seulement qu'après avoir décollé d'Albany, le chemin vers New-York fut ultra simple : il fallait trouver la rivière Hudson et la suivre jusqu'à l'océan ! Simple n'est-ce pas ?

 
 
 
 Les Adirondacks.
 
 
 La rivière Hudson : il ne reste qu'à la suivre pour arriver à New-York.
 
 
 
 Convoi de chemin de fer : près de 50 wagons !
 
 
 
 

 Un 360° pour se rendre compte de la vitesse du vent et prévoir si, en continuant vers New-York, nous serons rentrés à l'heure à Montréal.
 
 
New-York est en vue ! Malheureusement, c'est à ce moment précis que nous avons dû faire demi-tour : les impératifs professionnels de Susana furent tels qu'elle devait rentrer à l'heure pour son vol retour sur la France. Nous n'étions plus qu'à 15 minutes de vol de Central Park, mais si nous avions continué, elle aurait certainement manqué son avion. Nous étions tous les 3 si tristes d'échouer si prêt du but. Pour moi, j'estime que ce n'est pas grave du tout, car nous nous sommes quand même régalés de ces magnifiques paysages avec toujours ce plaisir immense de voler et de se sentir libre et d'aller là où nous voulions (un petit coup à gauche pour voir les voiliers sur les lacs, un petit coup à droite pour survoler les forêts, etc...). Et puis quel plaisir de voler avec de si sympathiques colibris ! Nous avons pris environ 800 photos de ce beau voyage, je ne vous montre ici qu'une petite cinquantaine de photos (soit 6%) : c'est raisonnable, non ?
 
 
 New-York est en vue ! (regardez bien !)
 
 
 
 
Demi-tour, si proche du but ...
 
Le retour s'est passé dans les mêmes conditions que l'aller : arrêt à Albany, passage de la frontière mais arrêt supplémentaire à Montréal-Trudeau (l'aéroport international de trafic passagers). Susana, qui a voulu s'essayer à la phraséo québécoise, s'est même lancée dans le dialogue radio avec la tour de Trudeau alors qu'un Boeing 747 d'Air-France se présentait en finale avec nous (pour une piste parallèle hein, pas sur la notre !). Le comble !
  
 
 Albany encore, au retour cette fois.
 
 
L'avion d'hommes d'affaires par excellence : un Piaggio P180 Avanti. 
 
 
 
 
 
 Puits de lumière.
 
 
 De gros avions à la roulette mal placée.
 
 
 Montréal au retour : ici le centre ville et le Mont-Royal derrière.
 
 
 Parc d'attraction de la Ronde.
 
 

Un boeing 747 d'Air France se présente en finale (comme nous) mais sur une piste parallèle à Montréal Trudeau.

 

Notre trajectoire.

 

La fine équipe (avant le départ au soir de Susana pour l'aéroport) ! 
 
  
Pour conclure ce récit, j'ai passé un week-end aéro formidable : heureusement que de telles journées permettent d'oublier les soucis de la vie quotidienne ! Marc-Olivier est un colibri passionné toujours parré à partager de son temps pour émerveiller des pilotaillons avides de nouvelles expériences, et Susana et une colibrette hyper agréable, motivée et d'une gentillesse sans borne.
 
Merci à vous deux ! A bientôt j'espère !
  
Aurélien
 
 

* C'est Susana qui a trouvé le titre de cet article et je le trouve tellement parfait que je l'ai repris ici. Ce titre est un clin d'oeil au fameux "Voir Naples et mourir" cher à Stendhal !

Partager cet article

Repost0