Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Imagin-air
  • : Le blog d'un passionné d'aviation : récits de sa formation et de ses vols.
  • Contact

Jeunes Ailes


Membre du forum
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 21:30

Pendant les vacances de Noël, nous avons eu la chance d'avoir une soirée extraordinaire niveau nébulosité sur Lyon. Par contre, il y avait un peu (beaucoup) de vent, c'est pourquoi nous avons dû annuler notre première choix (Nevers) pour aller nettement moins loin, à Bourg-En-Bresse.



Ce fut néanmoins une superbe soirée, car cette nav de nuit à été réalisée à 2 équipages. Dans le premier avion, il y avait Olivier et Franck, qui avaient du mal à avancer et qui avaient décidé d'éteindre la piste à Bourg-En-Bresse (alors qu'on avait eu la gentillesse de la leur allumer ). Dans l'autre, J.C., un ami à lui et moi, qui avons fait toute la phraséo en anglais (la contrôleuse ne s'est d'ailleurs jamais remise du 'absolutely' de JC au lieu du traditionnel 'affirm' ).



Le temps de changer de pilote à Bourg-En-Bresse, nous sommes rentrés dans la joie et la bonne humeur sur Lyon,  pour finir, comme d'habitude, dans un bon resto.



Les traces des deux DR400 du jour (mais de nuit, enfin... vous m'avez compris ! ).



Aurélien

Repost 0
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 21:17

* comme dirait Ugo 

 

Et voilà, une qualif de plus ! Appelez-moi Mr Hibou désormais !

   

Ayant la chance de voler sur un aérodrome habilité au vol de nuit, il aurait été dommage de ne jamais passer la qualification qui va avec ! Surtout lorsqu'on a eu, comme ces dernières vacances de Toussaint, une météo exceptionnelle pour voler (pleine Lune et pas un seul nuage à l'horizon). En 3 vols seulement, j'ai donc pu effectuer mes 5h de vol dont 1h de navigation et 5 décollages/atterrissages en solo pour décrocher le précieux sésame. C'est ce qu'on appelle une affaire vite emballée !

   

Tout l'attirail pour le VFRN : une lampe frontale, un plan de vol, un iPad (c'est mieux pour lire les cartes dans l'avion la nuit) sans oublier une carte papier (pour les annotations).

 

Tout a commencé un soir (forcément), à Lyon Bron (where else ?). Les riverains ayant le sommeil fragile, nous avons été obligés de nous "avion-porter",     Olivier (mon binôme pour ce VFRN), Tom Josse (devenu FI, vous vous souvenez ?) et moi, sur l'aérodrome de St Yan pour faire nos premiers tours de pistes (à 45min de vol tout de même !). Voilà l'occasion de commencer dès le début par un nav de nuit.

    

Là-bas, en pleine campagne, nous avons été tranquilles pour faire nos entraînements aux atterrissages de nuit. Enfin... quand je dis "tranquilles", c'est une façon de parler, car il a fallu cohabiter avec les TB20 du SEFA qui tournaient aussi (on n'avance pas à la même vitesse, forcément cela n'aide pas ). Mais j'ai très vite pris mes marques, mon plan de descente étant toujours un peu haut (c'est normal quand on commence, les repères visuels ne sont pas les mêmes, dixit Tom). Mais les atterrissages s'enchainaient et se ressemblaient, plutôt doux. Tout va bien.

 

Le temps d'une pause pipi au parking (hummm que de souvenirs ce JAssemblement 2012...), nous avons échangé nos places avec Olivier pour une nouvelle série de tours de pistes. A notre retour sur Lyon, nous avons découvert qu'un oiseau était venu se suicider sur notre aile pendant le vol (les plumes du volatile étaient encore incrustées dans le bord d'attaque enfoncé) ! Le comble, ce qu'on n'a rien vu ni rien entendu pendant le vol !

  

VFRN 04 m2

Difficile de prendre des photos de nuit... mais voici quand-même la piste de St Yan, avec sa rampe d'approche.

 

VFRN 02 m2

Attaqués par un oiseau !

 

Le lendemain, nouvelle nav de nuit ! Mais tant qu'à faire, avec une météo pareille, il aurait été dommage de rester autour de Lyon. Direction : Aurillac ! Petit coup de fil à Nico15 (qui n'était pas à Aurillac... ah ben bravo ! ), puis nous décollons dans le froid glacial de la nuit. Armés de nos 5 GPS dans l'avion (on est dans la fourchette basse par rapport à d'habitude ), nous volons tranquillement jusqu'à Aurillac, en passant au dessus des immenses champs d'éoliennes auvergnates qui clignotaient dans la nuit (les lampes des éoliennes sont synchronisées, spectacle grandiose en l'air !).

 

Au dessus d'Aurillac, grand moment de solitude : le terrain ne veut pas s'allumer malgré nos 3 coups d'alternat ! Heu ? C'est quoi le plan B ? Quoi ? Y'a pas de plan B ? Allez, encore 3 coups, puis 3 coups... Ahhhhhhhh, enfin, "Lumen fiat" ("que la lumière soit", c'est du latin, et oui, cela m'aura servi !). Atterrissage sans papi et sans encombre réalisé par votre serviteur... je maitrise grave  ! Retour sur Lyon, il est près de 1h du matin (mais nous sommes en vacances, tout va bien ).

  

VFRN 08 m2

Allo, y'a quelqu'un ?

  

VFRN 06 m2

Nous voilà posés à Aurillac, on refuelle.

  

VFRN 07 m2

Le bel avion (de notre nouveau club)

 

 VFRN 01 m2

Quelque part entre Aurillac et Lyon... L'iPad avec fond de carte IGN et coupe du relief est très pratique, notamment la nuit.

 

3e jour : cette fois-ci, nous restons sur Lyon. Tom me fait faire quelques tours de piste (avant l'heure de avec, au programme, le passage en revue des différentes pannes possibles (phare, lumière tableau de bord, volets) puis me lache en solo... Chose qui devient de plus en plus fréquent sur les plateformes, un riverain nous éblouie avec un rayon laser... Retour au parking, mon FI me laisse repartir en solo, et je fais mes 5 tours de piste sans la moindre difficulté.

  

C'était bien sympa cette formation. Apprendre en binôme apporte une convivialité qui renouvelle le plaisir de voler. C'était vraiment très bien !

 

Bon, que faire maintenant ?  Après le FCL 1.028 et le VFRN, des suggestions ?

 

Aurélien

Repost 0
5 juillet 2007 4 05 /07 /juillet /2007 21:08
Jeudi 28 juin, nous avons rendez-vous Sylvie, Gérard et moi pour un vol de nuit au départ de Lyon. C'est Gérard qui est à l'origine de ce mini rascol : nous devions en effet tous les trois aller ensembles au grand rascol organisé à l'occasion de la visite de la célébrissime Susanna dans la région lyonnaise le samedi suivant, mais Gérard ne connaissait pas Sylvie, et inversement. Il fallait donc je présente l'un à l'autre, et il fut décidé de faire à cette occasion un vol sous la lune.
  

 Pas un chat à Lyon à 22h30Z, mais 3 hiboux !
  
Sylvie est une jeune colibrette qui apprend à voler dans mon premier club : elle est presque au terme de sa formation PPL et tient comme moi un blog. Je ne présente plus Gérard, célèbre colibri qui vole très souvent sur différentes machines (du DR400 au TB20, en passant par le Cessna 172 ou le Cirrus) et qui pratique tous les types de vols possibles et imaginables (vol montagne, vol de nuit, vol à l'étranger, etc...).
  

 DR400 sapin de noël.
  
Le mini rascol débute vers 19h30 Zoulou dans un resto autour de l'aérodrome... enfin... Gérard était visiblement réglé à l'heure aéronautique car c'est vers 19h30 UTC qu'il est arrivé (joke !). Après un bon steak frites englouti en moins de deux, c'est vers 22h30Z que nous rejoignons F-GYKQ, un beau DR400-120 pour ce rascol hiboux. Le plan de vol (obligatoire pour un vol de nuit) a heureusement été déposé 1h plus tôt par Olivia. Destination : Valence, puis retour par une verticale Grenoble St-Geoirs puis Lyon-St Exupery.
 

La fine équipe !
 
A 22h40Z, il fait déjà bien sombre, et la contrôleuse vient de quitter sa vigie. C'est donc manuellement que nous allumons la piste de Bron. Cette piste est vraiment magnifique dès qu'elle est allumée. A côté des lupiotes bleues des taxiways, se succèdent les lumières blanches de la piste : un véritable décors comme je ne l'avais jamais vu. Un CAVOK bienvenu nous permet de profiter de la lune comme éclairage naturel.
 

Grenoble St-Geoirs 

Lyon St-Exupery

Nous décollons quelques minutes plus tard en direction de Valence. Gérard active son plan de vol en contactant la TMA de Lyon puis nous restons sur cette fréquence. A bord, le jeu consiste à trouver le trafic qu'on nous annonce en sens opposé. Gérard nous montre à quel point il maîtrise parfaitement le trim. de l'avion (l'aiguille du vario reste "scotchée" sur 0) et nous essayons de deviner les villes que nous survolons (grâce à une carte dans la main et ... un GPS dans l'autre ;-) ). Après une petite demi-heure de vol, Gérard nous demande de trouver la piste de Valence. Sylvie et moi voyons au loin deux rangées de lumières. "C'est là-bas, tout au fond !" annonçons-nous sans grande conviction. "Eh bé, vous voulez vraiment nous faire atterrir sur l'autoroute ! Attendez un instant, j'allume la piste" rétorque Gérard. Et c'est vrai que l'on commence à voir s'illuminer la piste de Valence... tout juste en dessous de nous ! La honte !!!
 
L'arrivée sur Valence s'effectue comme sur un aérodrome en auto-info : nous prenons le sens du vent, nous rejoignons la vent arrière et nous atterrissons tranquillement. La grande surprise, c'est la visualisation de la hauteur de l'arrondi : nous pensions Sylvie et moi être vraiment très haut au moment de l'arrondi, mais que néni ! Drôle d'impression.
 
A Valence, nous prenons le temps de faire une pause pipi, prenons quelques photos en profitant de l'éclairage de la piste, puis nous nous hâtons de repartir. Sylvie passera à l'avant de l'avion, alors que moi je m'installe pour la première fois à l'arrière d'un DR400.
 

 Arrivée et départ à Valence. Les cercles ? c'est la procédure de départ VFRN sur cet aérodrome.
 
La branche de retour sera une branche "touristique" : il y a certes plus direct pour rentrer sur Lyon, mais Gérard nous a fait prolonger le plaisir en nous faisant faire une verticale Grenoble St-Geoirs, puis St Ex. Pour aller à St Geoirs, c'est simple, on accroche le VOR de la Tour du Pin (LTP) et on se laisse tirer. Pour St Ex, rebelote : c'est le VOR de St Ex (LSE) qui nous permet de rejoindre l'aéroport international. Je tente de prendre quelques photos, en vain, il fait trop sombre et l'avion n'est pas stable. Mince, c'est trop beau ! Et la lune, elle s'est faite belle pour nous : re-mince !
 

Une bien jolie nav de nuit. 
 
Au retour sur Bron, j'apprends qu'il existe 2 intensités d'allumage de la piste : 5 clics déclenchent l'éclairage intense (avec feux à éclats à Bron) qu'il faut abaisser en finale (3 clics) sous peine d'être ébloui. L'atterrissage sera réalisé de mains de maître par notre commandant de bord hiboux préféré vers 1h00Z.
 

 Une fois le DR400 rentré dans le hangar, on fait le ménage dans l'avion.
 
Nous avons volé presque 2 heures en régime VFRN. Ce vol de nuit a été exceptionnel à plus d'un titre : 1- c'était mon baptême de VFRN, 2- la météo était vraiment parfaite pour me faire apprécier cette nouvelle façon de voler, enfin 3- que dire de la beauté des paysages constitués de milliers de petites ampoules ? Tout simplement magnifique !
Bref, j'avais hâte de pratiquer cette nouvelle expérience de vol : j'en avais entendu (et lu) beaucoup de bien et je partage maintenant tout à fait ce sentiment. Et puis j'ai pu voler avec des colibis  que j'apprécie beaucoup (ambiance conviviale assurée à bord !).  Un excellent moment quoi !
 
Aurélien
Repost 0
Published by Aurélien - dans Vol de nuit
commenter cet article